Bouli année zéro

bouli année zéro

En fait je crois que je suis tout seul au fond de ma mère.

« Je n’ai pas vraiment d’yeux pour voir ce monsieur qu’il faut que j’apprenne à appeler daddi, ce monsieur qui s’en va chercher de la tisane pour cette dame qu’il faut que j’apprenne à appeler mama. Je n’ai pas vraiment d’oreilles pour entendre tout ça. Je suis un tout petit machin, une graine entrain de germer. Je suis grand comme une crotte de nez. Une grosse crotte de nez. C’est archi la honte. » (de Fabrice Melquiot – L’Arche Éditeur)